Le conseil municipal du Havre vote la destruction de la Halle Caillard

Déception

« L’ancienne usine vit ses derniers jours. A l’automne, débuteront l’extension de la maison de retraite voisine et la construction de bureaux et d’une supérette de 600 m².

Sa destruction a été votée par le conseil municipal du Havre le 20 septembre 2010. Neuf mois plus tard, la Ville passe à l’action. « Les travaux de démolition ont débuté », confirme Agathe Cahierre, première adjointe au maire du Havre. Sur le chantier, l’heure est actuellement au désamiantage. Les premiers coups de pelleteuse devraient intervenir dans les tout prochains jours. Et fin juillet, il ne restera plus rien de la Halle Caillard.

Une déception pour les amoureux du patrimoine, qui auraient aimé que la Ville, propriétaire des lieux depuis fin 2009, réhabilite le bâtiment pour lui donner une seconde vie. « Au départ, l’idée était de conserver la halle mais, après étude, cela s’est avéré impossible sur le plan technique, précise l’élue. Ensuite, nous avions espéré pouvoir garder les éléments où sont inscrits les mots chaudronnerie, Caillard… pour les remettre sur le bâtiment neuf, mais nous nous sommes aperçus qu’ils étaient en très mauvais état. »

Finalement, la Ville du Havre se laissera séduire par le projet présenté par la société Odyssenior, dirigée par deux frères, Marc et Edouard Laubiès. Deux hommes déjà propriétaires de la Villa Saint-Nicolas, un établissement pour personnes âgées dépendantes, ouvert en août 2008 à côté de la halle.

Une supérette de 600 m²
Leur programme comprend, sur 750 m², l’extension de la maison de retraite avec la construction de sept appartements de 50 m². Des studios qui s’adresseront à des couples dont l’un est dépendant et l’autre pas. « C’est un produit qui n’existe pas du tout au Havre et qui correspond à une demande. Ainsi, le couple pourra continuer à vivre ensemble », souligne Agathe Cahierre. Quatorze résidants pourront ainsi être accueillis.

Il y aura également, dans les étages, 2 600 m² de bureaux destinés à la vente. « Nous avons déjà commercialisé plus de 60 % du programme », confie Marc Laubiès. Par ailleurs, une supérette de 600 m² ouvrira sous l’enseigne Simply Market (groupe Auchan) ainsi qu’un autre commerce de 250 m² en rez-de-chaussée. « Il y a une vraie demande de commerces de proximité », explique la première adjointe, qui veillera toutefois à « ne pas déséquilibrer la place Saint-Nicolas ». Une place « qui sera réhabilitée » et qui conservera son marché.

Sur le site Caillard, les travaux de construction débuteront en octobre, pour une durée d’un an. Seul vestige de l’usine : son nom, qui s’affichera lui aussi sur la façade, puisque l’ensemble de bureaux, réalisé par le cabinet d’architectes Artefact, s’appellera l’Espace Caillard.

La seconde halle Caillard, située rue de l’Aviateur-Guérin, en face des Bains des Docks, renaîtra, quant à elle, de ses cendres dans quelques mois, puisque les travaux de réhabilitation ont débuté. La façade du bâtiment a, cette fois-ci, été conservée pour ce chantier de construction de 141 logements étudiants et 25 sociaux dont la livraison est programmée pour la rentrée universitaire 2012-2013.

« Un deuxième souvenir Caillard » existe, selon Agathe Cahierre. Il s’agit des anciens bureaux de l’usine Caillard, situés rue Pierre-Guinard. Ils ont été rachetés et réhabilités par la société Guian, spécialisée dans l’assurance maritime transport. »

Vanessa Leroy – 09 juin 2011 à 08H00 – http://www.paris-normandie.fr/

Publicités

~ par artotec sur juin 21, 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s