Projet de nouvelle école de la marine marchande (Hydro) : réaliste ou pas ?

Aujourd’hui située dans la commune de Sainte-Adresse, dans l’agglomération du Havre, l’école de la marine marchande, plus connue sous le nom d’Hydro, devrait déménager en 2015, pour s’installer quai du Cameroun, au Havre. Pour réaliser cette nouvelle École Nationale Supérieure Maritime (ENSM), plusieurs architectes et entrepreneurs ont été mis en concurrence.

Dans un communiqué publié vendredi 21 décembre, la Communauté de l’agglomération havraise (CODAH) a fait savoir que le projet du groupement SOGEA construction / AIA / ECHOS / ECONOMIE 80 avait été retenu pour la conception et la réalisation de l’ENSM.

Un projet ambitieux

« À l’issue de longs mois de travail, d’échanges et d’analyses des offres, ces professionnels justifiant de références nationales, régionales ou locales, significatives, dans la conception-réalisation de nombreux projets, ont apporté la meilleure réponse possible aux ambitions et aux objectifs de la CODAH. Quatre autres candidats avaient postulé à cet appel d’offres », a précisé la Ville.

Tout de verre et d’acier, l’école imaginée par ce groupement aura donc l’allure d’une proue de bateau, dont les murs en verre refléteront la mer. Le projet respectera par ailleurs, dans sa conception comme dans sa réalisation, les normes de développement durables que la CODAH s’engage à suivre depuis 2009.

Dès son ouverture, l’ENSM pourra accueillir 1 000 élèves, contre 400 actuellement, formés pour devenir les futurs officiers de la marine marchande. Elle pourra également délivrer le titre d’ingénieur. Enfin, le cursus a été revisité afin de s’inscrire dans le schéma européen L.M.D. (Licence – Master – Doctorat).

Trop ambitieux ?

Un projet très attendu, donc, qui fait pourtant l’objet de certaines rumeurs et inquiétudes. Le 11 décembre dernier, Jean-Louis Jegaden, conseiller général du Havre, a écrit au ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, pour attirer son attention sur « la nécessité pour l’agglomération havraise, son port et la Marine marchande, de disposer d’un établissement supérieur à la hauteur de ses ambitions » . Dans sa lettre, l’élu demandait la confirmation de l’engagement de l’État dans ce dossier.

Car l’ENSM, si elle voit le jour, va coûter cher. Très cher. 27,8 millions d’euros, financés par l’État (10 millions d’euros), la CODAH (10 millions d’euros) et la Région Haute-Normandie (7,8 millions d’euros). Une somme conséquente, difficile à assumer en pleine période de crise. Et si le projet tant attendu ne pouvait finalement pas voir le jour, faute de financements suffisants ?

Catherine Troallic, députée de la 8e circonscription de Seine-Maritime, refuse de croire à cette rumeur et se veut rassurante : « Avec Laurent Logiou, nous avons saisi récemment, par courrier, le ministre des Transports, au sujet de l’avenir de cette école. Bien que nous n’ayons pas reçu, à ce stade, de réponse formelle, nous sommes convaincus que ce projet se fera et nous continuerons à plaider en ce sens, avec confiance et exigence, auprès du ministre concerné, pour qui l’avenir des formations maritimes est une dimension essentielle de la politique maritime intégrée qu’il entend mettre en place », défend-elle sur son blog.

La nouvelle Ecole Nationale Supérieure Maritime verra-t-elle le jour, comme prévu, en 2015 au Havre ? Affaire à suivre. Prochaine étape : la demande pour le permis de construire, qui devrait être déposée en janvier 2013.

www.76actu.fr – Amandine Briand – 25/12/2012

Publicités

~ par artotec sur novembre 16, 2013.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s